vendredi 29 mars 2019

{ Lecture } # 67 : Anarkhia de Aviscène



ANARKHIA

Aviscène
Publication française : 15 octobre 2018

140 pages
ISBN : 979-1-096980-01-7



QUATRIEME DE COUVERTURE


Dans certaines contrées de la Grèce antique, des peuples rongés par la cupidité se font souvent la guerre. Deux hommes d’une même tribu se lancent dans une étrange aventure qui changera à jamais leur perception du monde. Mythologie, Histoire, Croyances, un roman de réflexion à caractère philosophique et spirituel qui vous entraîne dans un grand voyage méditatif à la rencontre du Soi.
Extrait :
— Le même Sage m’est apparu. Lui et Lui seul détient la réponse…
— Allons-y ! Qu’on en finisse une fois pour toutes !

— Attendez…Souvenez-vous…Ses propos seront concis et vous ne pourrez ajouter mot 


Aviscène est un auteur que j’apprécie beaucoup, j’ai eu le plaisir de découvrir un autre de ses ouvrages en 2017 « L’ultime élément » qui m’a permis de réfléchir sur certaines questions.
Cette fois-ci, nous retrouvons à nouveau une fiction quelque peu spirituelle inspirée des textes sacrés de l’islam, du christianisme, du bouddhisme et du judaïsme. Si vous vous rappelez du livre d’Hérodote ou d’Homère vous saisirez la subtilité du titre.
Vous devinerez rapidement le thème principal de part le titre puisque reprenant les termes grecs de l’anarchie. Direction Anarkhia, tribu déchue où les 2 chefs dépendent de l’alcool mais se rendant compte un jour qu’ils sont incompétents. Mais bien qu’ils le soient ils ne veulent pas laisser la tribu sombrer plus et font appel à un chaman…
Ici, commencera une longue quête sur soi-même où nos deux petits chefs pourront devenir grands. Mais pour cela il va falloir lutter contre ce qui agit comme un poison, réfléchir, méditer auprès de la nature. Se sentant mieux, ils estiment qu’ils peuvent rentrer auprès des leurs et leur oblige de faire comme eux … Mais lorsque c’est par obligation, l’être humain peut parfois sombrer dans l’excès, de part la soumission que cela évoque. Ce que nous pouvons observer dans nos sociétés encore aujourd’hui.
Et là l’auteur parle de faire attention à la méthode faisant ainsi un beau clin d’oeil à son nom d’auteur 🙂 (le philosophe et médecin).
Encore un livre qui fait réfléchir, je vous invite à le découvrir sur Amazon en version numérique ou papier, vous avez le choix. Et bien sûr, je n’oublie pas la page Facebookde l’auteur.
Et merci Aviscène pour cette belle découverte, je m’excuse encore pour le retard de traitement.

lundi 11 mars 2019

{ Lecture } # 66 : L’étincelle de Kristine Barnett


L’étincelle

La victoire d’une mère contre l’autisme
Kristine Barnett

Editions Pocket
352 pages
Publication française : 5 novembre 2016
ISBN : 978-2266246279

QUATRIÈME DE COUVERTURE

Diagnostiqué autiste à l’âge de deux ans, Jake était promis par les  » spécialistes  » à un parcours difficile. C’était compter sans la combativité d’une mère et une confiance à toute épreuve dans le potentiel de son fils. Décidée à ignorer les circuits classiques, Kristine prend l’éducation de Jake à sa charge. Le but ? Négliger les tâches pour lesquelles son fils n’a pas de capacités naturelles et développer son goût pour les jeux de lumières, les échecs, les chiffres…
Treize ans plus tard, Jake est devenu un petit génie des mathématiques et l’étincelle a mis le feu aux poudres !
 » Un témoignage plein d’espoir pour les parents, et les enfants autistes.  » Confidentielles
Pour les rares personnes qui sont au courant, j’ai repris mes études en psychologie depuis quelques années. Je les fais à distance, du fait des jobs, d’être maman et surtout de ne pas vivre à côté d’une faculté. Je suis en Licence 3 et cette année nous avons un mini mémoire de recherche à pondre (pour dans un mois en gros). Cela répondra à certaines questions portant sur la quantité de publication sur ce genre d’ouvrage. Mon mémoire cette année porte sur l’autisme et les thérapies. J’ai essayé de le faire en psychanalyse pure mais j’ai encore beaucoup de mal avec les concepts donc je reviens sur ce que je peux « essayer » de maîtriser : « chercher » des thérapies !
Pour le mémoire de recherche sur l’autisme, je planche sur des témoignages, si vous avez de jolies lectures à ce sujet à me proposer n’hésitez pas. Surtout si elles sont courtes, le temps m’étant compté pour rendre mon dossier 
Ceci dit je vous conseille fortement ce livre qui permet d’admirer le combat d’une mère pour son fils. Les spécialistes ne donnaient aucun avenir à Jake, qu’il serait incapable de lire un jour …  alors qu’il devient plus tard le plus jeune chercheur en astrophysique à l’âge de 12 ans. Nous avons là une mère qui a su repérer la « clé » pour faire entrer son fils dans un langage avec l’autre. Mais ce récit ne montre pas que le combat contre l’autisme, bien qu’il soit mis en avant, il y a un vrai combat contre les aléas de la vie. Les Barnett ont eu 3 enfants, 3 garçons, le premier est Jake qui a un Trouble du Spectre Autistique, cet autisme qui est « un voleur », ensuite il y a Wesley dit « Wes » qui souffre d’algodystrophie, puis le petit dernier Ethan. L’algodystrophie est un trouble neurologique qui peut toucher tous les systèmes du corps. Les médecins ne donnaient pas plus de l’âge d’un an pour Wes car cela touche le système nerveux végétatif donc la température corporelle, le rythme cardiaque et donc la respiration. Pour le petit dernier il n’y pas de trouble pour lui mais c’est Kristine qui se découvrira des problèmes de santé, quelques semaines avant son accouchement, elle sera hospitalisée d’urgence pour une vésicule biliaire infectée. Tout ne s’arrête pas là puisque peu après le dernier accouchement elle fait un AVC (à l’âge de 30 ans). Mike son mari se sent démunie face à tout ça, pensant avoir échoué dans la protection de sa propre famille en prenant le relais de Kris. Plus tard, ils apprendront que Kris a une maladie auto-immune chronique : le lupus.
Mais les déboires ne s’arrêtent pas là, l’Indiana sera touché par une grosse crise financière et beaucoup perdent leur travail. Le mari de Kris dans les premiers. Kris tenant une garderie verra les petits partir car les parents n’ayant plus de travail, il n’y a plus d’utilité (et de finance) pour faire garder les enfants. Sans oublier d’autres problèmes qui viendront par la suite…
Je ne sais pas si ce qui a fortement aidé Kris dans toutes ces épreuves est qu’elle ait grandi dans la tradition Amish (nouveaux Amish). Il parait que ce qui aide plus facilement les familles face à l’autisme c’est la religion. Avant de me faire appeler Jules, je dis bien « il parait » et « plus facilement » ;). Je l’ai lu dans le livre de Ron Suskind à propos de son fils autiste.
Il y a tellement à dire sur ce livre que je pourrais en écrire des pages mais je vais conclure par :
Quand l’instinct maternel peut être plus fort que l’institution. Une mère qui a écouté ses « tripes », qui a mené son fils sur ses obsessions : la lumière, les planètes, les chiffres, les lignes droites en osant l’emmener à l’observatoire et le voir répondre avec une aisance à l’âge de 4 ans à des adultes, à communiquer et partir à l’aventure de l’université alors qu’il n’est âgé que de 8 ans. Il sera comme un petit poisson dans l’eau. Elle a su trouver la formule magique pour un contact. Et ce qu’elle a fait aussi pour les autres parents et enfants autistes, le soir après son travail, pour découvrir ce qu’était la passion de chacun c’est MAGI
QUE. Il y a là beaucoup de bienveillance.

dimanche 10 mars 2019

{ Lecture } # 65 : Ash & Vanille – tome 2 : Le Chant du Mana de Sosthène Desanges SP


Ash & Vanille
Tome 2 : Le Chant du Mana
Sosthène Desanges
Les Trois Chouettes Editions
552 pages
Sorti : 31 octobre 2016
ISBN : 978-2-954669-21-2


QUATRIÈME DE COUVERTURE
Ash, Vanille, le crâne, la Méduse et le poypoy se lancent à la poursuite des pirogues qui ont dévasté Pelagee. Le vent les pousse jusqu’au bord du monde. Là, ils découvrent que l’homme au masque n’est pas le seul danger. Sur le vaste océan, une pieuvre étend ses bras. Elle a pour nom Bagaskoro et, à sa tête, une terrible souveraine.
      Le Chant du Mana est le deuxième des cinq tomes qui composent cette saga fantastique. On y retrouve l’Océanie imaginaire du premier volume, ses guerriers, ses oiseaux incroyables et ses légendes. Et l’on voyage désormais bien au-delà des rives du Lézard.
Si vous aimez l’aventure, l’Océanie … alors je vous invite à découvrir les deux premiers tomes de Sosthène Desanges. Je vous avais parlé du 1er tome sur mon autre blog Izzie d’Or. Si vous ne souhaitez pas de spoile par rapport au premier tome je vous invite à vous arrêter ici.
Dans ce second épisode (sur les 5) nous retrouvons Ash et Vanille (mais aussi la Méduse, Boulba et Kaahl) en quête des guerriers du clan Vaaï ainsi que la chasse de  cet Homme au Masque qui a pu créer ces créatures que ce sont ces géants jaunes. L’histoire reprend où elle s’était terminée précédemment, nos héros quitte l’île du Lézard et se retrouvent en mer. Et que se passe t’il lorsque l’on part dans l’inconnu ? D’ailleurs la Terre est-elle ronde ou plate ? La mer s’arrête, c’est le bord du Monde et nous tombons dans le vide ? L’auteur a fait un très gros travail sur la culture océanienne, j’envisageais de partir un jour là bas afin d’y apprendre beaucoup, j’ai presque la sensation d’être servie directement chez moi. Un vrai travail a été fait sur les croyances et les mythes.
Pour rappel, Ash est un barbare du Clan des Chefs, peuple maudit qui n’engendre que des mâles, il part à la recherche du Guerrier Rouge qui lui seul peut vaincre la malédiction, Vanille est une Vaaï dont les hommes de son clan ont été kidnappé, la Méduse est une petite sorcière de 4 ans qui est dans le Clan des Chefs depuis quelques décennies, Boulba est un humain métamorphosé en poypoy et Kaahl n’est autre que le crâne qui parle, donnant presque une conscience et une sagesse à Ash.
Nos héros découvrent un nouveau monde peuplé d’Ari-Oï et de leurs guerriers mais aussi d’autres peuples, certains vivant sur terre et d’autres exclusivement sur mers, qui sont les Hanova… Mais ils rencontreront surtout la Reine qui a un certain pouvoir sur ses hommes et elle changera quelque peu le cours de leur mission. Une Reine qui part elle-même en quête de savoir sur ses origines, pourrait être détestable mais pas totalement. La rencontre avec l’Homme au Masque devient inévitable et l’on percera son identité mais une question subsiste encore, pourquoi cherche t’il les 7 pierres ? Ash devra se battre contre de nouvelles créatures de légende et ne pas mourir.
« Ash & Vanille » devient presque un récit initiatique où chacun apprend beaucoup en voyageant. Une grande importance est portée sur ce que les ancêtres ont pu faire et les répercutions dans le présent. Nos héros évoluent constamment au fur et à mesure des pages avec une recherche de savoir, comment et pourquoi. Et en parlant de héros, difficile d’en cerner qu’un seul ou 2 comme dans le titre. Nous touchons presque à la réalité où les compagnons sont  tout autant les héros de l’histoire. L’histoire de chacun faisant un noeud, lorsque nous découvrons comment est mort Kaahl, nous aurons une clé supplémentaire pour comprendre le récit. Ce dernier devient l’un de mes personnages préférés dans cet opus ainsi que Teva et Vaena grands guerriers de la Reine. Vaena montrant que des femmes peuvent se faire respecter.
A présent je vais me garder d’en dire plus afin de vous laisser la surprise de la lecture, personnellement je suis sur ma faim et j’ai hâte de découvrir ce que le troisième tome peut nous réserver.
Vous pouvez retrouver Sosthène Desanges sur son site internet et son livre sur Amazon au prix de 12.99 € en format numérique.
J’en profite pour remercier chaleureusement l’auteur a la plume agréable, qui supporte mes retards en lecture comme à chaque fois, pour sa confiance.

LinkWinthin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...