vendredi 13 septembre 2019

{ Les mini-rats de bibliothèque } # 5 Le monde OUKA : Sauvons le climat de Carole Stora-Calté SP

Le monde OUKA
Sauvons le climat
Carole Stora-Calté

40 pages
Illustration de Vincent Fisson
Sortie en 2019
Prix : 15 euros


Les OUKA sont des personnages qui vivent dans un monde merveilleux. Un jour, ils partent en vacances sur la Planète des hommes et se rendent compte que tout va mal. Dans les pays où il fait chaud et beau, ça devient sec. Dans les pays où il fait chaud et beau, ça devient sec. Dans les pays froids où il y a beaucoup de glace, elle fond. Et les pays au climat tempéré, c'est-à-dire où il fait ni trop chaud, ni trop froid, sont inondés. Les OUKA chercheront alors à savoir comment sauver la Planète des hommes.


Après notre lecture

Avant de vous parler du contenu nous allons parler de l'emballage et des premières sensations. Tout d'abord, je remercie l'auteure Carole de nous avoir contacté, mon petit de 6 ans et moi... accessoirement mon fils de 9 ans en a profité aussi. Il est à noter que ce livre a une préface de Nicolas Hulot, au delà d'un ancien ministre de l'écologie, c'est une personne très impliquée dans l'avenir de notre planète et du vivant. Mais il y a également d'autres grands noms tel que Jean Jouzel et Allain Bougrain-Dubourg (si les noms vous parlent bien évidemment).

Nous découvrons un livre coloré et garni de dessins sans surplus. Les couleurs sont vivantes et attirent l'oeil (voire les 2 yeux). Mon mini découvre ainsi les OUKA, qui sont des créatures humanoïdes venues d'ailleurs et s'identifie rapidement à eux. Chacun d'entre eux éveillent une part de lui. Glouton, par exemple, pour son aspect gourmand et Stella la rêveuse. Il associera Violette la sage à son grand frère.
La thématique du livre porte, vous l'avez compris, sur l'environnement et l'impact que nous humains avons sur lui. Le récit propose ainsi de faire comprendre dans 3 grandes zones importantes, et qui sont médiatisées actuellement, ce que l'empreinte humaine mais surtout industrielle provoque. C'est donc ces petits OUKA qui vont trouver des solutions dans ces 3 zones qui sont la zone froide, zone chaude et la zone tempérée avec leurs arcs-en-ciel.

Sensibilisés par les catastrophes et souhaitant comprendre pourquoi il y a autant dans le monde, ils vont se rendre compte que les arcs-en-ciel n'aideront pas cette planète hyper-industrialisée. La survie de la planète est propre à chacun des humains et c'est en cela la leçon donnée aux enfants au travers du récit et des images.
Les garçons ont beaucoup apprécié la découverte du livre, ils ont analysé l'impact qu'une action peut engendrer sur notre planète et qui dans l'après-coup donne du souci à l'humain. Ce livre tombe à point nommé par rapport aux actions de Greta Thunberg et des interventions en école sur l'écologie.

Bien entendu, je vous invite à retrouver Carole sur son site internet, vous retrouvez ainsi le livre des OUKA dans la boutique.

mercredi 21 août 2019

{ Lecture } # 69 : Chroniques célestes - Livre I : Les clés du paradis de Marie-Sophie Kesteman SP

Chroniques célestes
Livre I : Les clés du paradis
Marie-Sophie Kesterman

Editions : Hélène Jacob
Sortie le 20 juillet 2015
450 pages

Eleanor menait une vie paisible jusqu’à ce qu’une mystérieuse missive fasse tout voler en éclat. La jeune fille se trouve alors projetée dans un monde qui lui est inconnu.Le paradis, les enfers, les anges et les démons ébranlent ses croyances. Le roi des cieux lui fait alors une terrible demande: “Deviens le plus puissant guerrier que ce monde ait porté, et combats à nos côtés”. Ce choix changera sa vie à jamais.Loin au nord, au cœur des Plaines sauvages, les grands maitres de l’Edénie demeurent, n’attendant que de lui enseigner ce qu’elle devra maitriser. Le voyage aurait été aisé, si le conseil des archanges ne lui avait imposé le pire compagnon qui soit: Abrahel. Un angelot aussi détestable qu’habile au combat. Mais pour la protéger, Eleanor ne peut compter que sur lui.Plongée au cœur d’une bataille ancestrale, où s’affrontent les deux plus grandes puissances de ce monde, Eleanor devra transcender ses faiblesses. Et devenir celle que tous attendent. Retrouvez Eleanor et Abrahel dès le printemps 2016. Mais êtes-vous vraiment prêt à assister à « La chute de l’ange » ?


Dans la vie de tous les jours tout est en système binaire, le bien et le mal, le paradis et l’enfer, l’homme et la femme… l’auteure arrive à nous accrocher avec sa plume sur un récit bien ficelé. L’histoire nous présente Eléanor, une jeune femme qui découvre ce qu’elle est en réalité avec un passage dans le monde adulte. Elle rencontrera des anges dont Gabriel, Abrahel et Dieu. 

Elle se voit attribuer une mission de mettre un terme à une guerre qui fait rage et endosse le rôle de guerrière. Avec un ange froid et dur qui est Abrahel, elle partira en quête et traversera des territoires bien dangereux. Abrahel ne se contente pas uniquement d’accompagner la guerrière, il la forme au quotidien et ceci sans merci. Il deviendra un personnage très attachant bien qu'énigmatique, un lourd secret tourne autour de ce personnage.

Pour s’imprégner du récit il faut aller au delà de la culture judéo chrétienne, nous découvrons un nouveau monde peuplé d’êtres tous différents, certains nous faisant penser à des elfes, d’autres à des taurens …Nous nous pencherons également sur la signification des rêves, la magie, l’art du secret et du jeu des masques. Notre héroïne se questionnera sur les raisons de cette guerre et qui est réellement le mal.

Comme vous l’avez bien compris, ceci est le premier livre d’une série de …4 livres au total. Je remercie les éditions Hélène Jacob pour la confiance accordée et pour m'avoir fait découvrir le début d'une longue série de livres. J'ai totalement adhéré au roman, l'écriture est fluide, les personnages sont bien travaillés, on les apprécie autant que l'on se questionne. Un peu comme une rencontre.

mercredi 26 juin 2019

{ Lecture } # 68 : Léa et Patterson - tome 2 : le jeteur de sorts de Syviane Blin SP

Léa et Paterson
Tome 2 : Le jeteur de sorts

Sylviane Blin

230 pages
ISBN : 9782956140825
Sorti le 13 décembre 2018

En cette rentrée scolaire, Léa, Paterson, Laurelin et Fagus se retrouvent à l’école des druides de Moros pour apprendre à maîtriser et à développer leurs pouvoirs. Cela leur permettra d’assumer sans faillir leur rôle de gardiens de la vallée des portes de Cornwand, le pays magique duquel ils sont originaires. Ils n’imaginent pas alors qu’ils passeront très rapidement de la théorie à la pratique. En effet, aux vacances de la Toussaint, les quatre jeunes gens sont attendus à Cornwand pour participer à la fête celtique de Samonios. Mais à peine arrivée sur place, Laurelin adopte un comportement des plus étranges. Elle devient agressive envers tout le monde et entame une métamorphose physique inquiétante. Devant ce phénomène, certains évoquent la malédiction du jeteur de sorts, une histoire vieille de plus de quatre cents ans qui semble refaire surface aujourd’hui. Pour sauver la population d’une mort certaine, Léa et Paterson n’hésitent pas à mettre leur vie en péril ni à combattre des puissances que leur bref apprentissage à l’école des druides ne les a sans doute pas préparés à affronter. Surtout si ces forces des Ténèbres comptent à présent dans leurs rangs leur meilleure amie, Laurelin…

Dans Le Jeteur de sorts, les lecteurs suivent avec plaisir les nouvelles aventures de Léa et Paterson, qui doivent défendre le monde extraordinaire de Cornwand, tout en apprenant ce que signifie le mot « amitié ».

Bonsoir à toutes et à tous ! Les partiels étant enfin terminés, mon cerveau s'est mis à dévorer un petit roman en service presse (pour changer de la psychologie). Pour ceux qui me suivent depuis un petit moment, l'auteure Sylviane Blin ne doit pas vous être inconnue. J'ai eu l'occasion de présenter le premier tome de la saga fin 2017, si vous souhaitez découvrir ce premier livre, il vous suffit de suivre le >> lien <<

Léa, notre petite fée, retrouve ses amis Laurelin, Paterson et Fagus pour de nouvelles aventures. Pour cela retour en Bretagne, terre de légendes dit-on, où nos quatre compères vont intégrer une école quelque peu spéciale. Et si vous vous plaignez de vos horaires de cours, sachez qu'ils ont 10h de cours par jour, 6 jours sur 7. Dans cette école, ils ne seront que tous les quatre ainsi que 2 enseignantes et le directeur. Il s'agit d'une école qui a pour but de les former à devenir des druides qui maitrisent leurs pouvoirs. En phase d'adolescence, il se peut que gérer les émotions soit un exercice difficile mais avec des pouvoirs cela peut devenir périlleux.
Par ailleurs, notre petite Laurelin a bien changé depuis que nos copains se sont séparés. Passant d'une jeune fille calme à ... comment vous le dire ... un vrai petit démon.

De fil en aiguille, nos héros feront face à une nouvelle malédiction touchant l'un des leurs. Une longue et pénible métamorphose se fera pour libérer un être bien inquiétant qui ne souhaite que la fin de Cornwand.

Comme dans le précédent tome, Sylviane a su nous embarquer dans un monde féérique. Nous y retrouvons certains personnages emblématiques tels que Gwen, Filinrod ou encore Berry mais certaines questions demeurent sur certains. Qui sont ils réellement et que veulent-ils ? Je pense que le troisième tome de "Léa et Paterson" pourra répondre à beaucoup de questions. De plus, la fin nous fait découvrir d'autres forces - sûrement démoniaques - que sais-je...

Le livre se trouve sur Amazon, soit en format Kindle à 2,99 € ou en format papier au prix de 13 €. Je remercie Sylviane pour sa confiance et de sa compréhension face à mon cerveau surbooké ces derniers temps. Te lire est un réel plaisir.

jeudi 25 avril 2019

Retour sur le documentaire « Le Cerveau des Enfants » Ciné-débat


Le documentaire « le Cerveau des Enfants » est signé Stéphanie Brillant en 2018. Stéphanie est journaliste, réalisatrice et productrice française voyageant beaucoup aux States.
Elle produit son petit bébé pour nous plonger dans les neurosciences afin de comprendre ce qu’il se passe dans le cerveau de nos petits minois. Comprendre pourquoi ils peuvent passer en très de seconde à un état joyeux à un état de colère ou de larme. Sous le nom de « caprice » pour beaucoup, ce n’est que de la chimie, de l’électricité dans nos cerveaux. Soulignons immature jusqu’à 25-30 ans … puis c’est la décadence.
J’aime beaucoup les écrits français d’Isabelle Filliozat, Catherine Gueguen et Cécile Alvarez. Vous le noterez,  je suis à fond de la psychologie de l’enfant, qui sont pour moi tous différents, qu’ils soient porteur d’un handicap ou pas.
J’ai beaucoup aimé toutes les interventions scientifiques lors du documentaire et j’ai un gros coup de coeur (ou coup de cerveau je ne sais pas) pour Daniel Siegel (professeur de psychiatrie clinique à la faculté de médecine de l’UCLA et directeur exécutif du Mindsight Institute) qui nous présente une représentation du cerveau avec la main. Sincèrement on m’apprendrait les neurosciences ainsi, j’aurai tout capté depuis un moment sans trop m’emmêler avec le système limbique, amygdale et hypothalamus. Que rien ne sert à dramatiser le fait que son enfant de 2 ou 3 ans frappe les autres, le cerveau reptilien prend le dessus, la partie de la raison n’étant pas encore bien développée. Je ne dis pas qu’il faille laisser faire (j’anticipe sur certaines personnes qui sont encore fan de la fessée ^^) il faut pouvoir comprendre l’individu, mais si l’on répond par une forme de violence que va t’il retenir ? Il n’est pas aisé d’être parent, d’être un partenaire pour bien grandir, d’être une personne bienveillante et savoir poser des limites. Mon seul conseil est « n’écoutez pas les autres et suivez votre boussole » !
Ici, une petite vidéo de Nadine Gaudin pour l’expliquer brièvement

Bref, tout ça pour dire que le cerveau reste complexe puisqu’il s’agit d’un ensemble interconnecté qui vit une plasticité tout au long de sa vie.
Dans le documentaire, très américanisé (petit bémol) la France en prend pour son grade mais ce n’est pas totalement faux. Et oui en France on nous impose un esprit fixe avec une valorisation de l’intelligence en oubliant notre corps. Le problème étant qu’on peut très mal vivre les échecs … est ce que cela mène à notre place sur le podium des antidépresseurs je n’ai pas la réponse.
Il faut valoriser l’état d’esprit de croissance, qui nous permet de comprendre de nos erreurs. Bien évidement l’esprit fixe est très bien mais sur un court terme, dixit une psychologue enseignante américaine dont je n’ai pas noté le nom (oups).
Ce que l’on relève avec ce documentaire, c’est que s’ennuyer, ça a aussi du bon. Dans une société qui ne prône pas l’oisiveté, une petite pause permet une connexion toute entière.

Le CGR Odéon de Cherbourg s’est associé avec l’association Fil Rouge de la Manche, la projection a été suivi d’un débat avec une psychologue clinicienne, Caroline Geoffroy, qui nous a servi en guise d’anecdotes quelques petites compréhensions de neurologie mais aussi une pointe de sociologie. Nous sommes des êtres de communication, qu’on le veuille ou non. L’environnement modèle notre cerveau et nos capacités d’adaptation. Qu’en effet, la place de l’enfant a évolué avec le temps, mais aujourd’hui on ne s’impose pas une famille comme c’était  plus ou moins le cas autrefois. Il y a donc là une transformation de la parentalité avec la contraception, nous sommes passés d’un âge moyen pour avoir des enfants de 20 ans à 30 ans.
Mais dans notre société interconnectée, que ce soit nos cerveaux entre eux ou via les écrans, notre vie en communauté a beaucoup évolué, s’est individualisé.  De nouvelles méthodes éducatives sont ainsi testées aux USA. Les résultats montrent que des personnes des milieux défavorisées peuvent tout autant exceller et ceci grâce à l’école qui apprend à gérer les émotions.

vendredi 29 mars 2019

{ Lecture } # 67 : Anarkhia de Aviscène



ANARKHIA

Aviscène
Publication française : 15 octobre 2018

140 pages
ISBN : 979-1-096980-01-7



QUATRIEME DE COUVERTURE


Dans certaines contrées de la Grèce antique, des peuples rongés par la cupidité se font souvent la guerre. Deux hommes d’une même tribu se lancent dans une étrange aventure qui changera à jamais leur perception du monde. Mythologie, Histoire, Croyances, un roman de réflexion à caractère philosophique et spirituel qui vous entraîne dans un grand voyage méditatif à la rencontre du Soi.
Extrait :
— Le même Sage m’est apparu. Lui et Lui seul détient la réponse…
— Allons-y ! Qu’on en finisse une fois pour toutes !

— Attendez…Souvenez-vous…Ses propos seront concis et vous ne pourrez ajouter mot 


Aviscène est un auteur que j’apprécie beaucoup, j’ai eu le plaisir de découvrir un autre de ses ouvrages en 2017 « L’ultime élément » qui m’a permis de réfléchir sur certaines questions.
Cette fois-ci, nous retrouvons à nouveau une fiction quelque peu spirituelle inspirée des textes sacrés de l’islam, du christianisme, du bouddhisme et du judaïsme. Si vous vous rappelez du livre d’Hérodote ou d’Homère vous saisirez la subtilité du titre.
Vous devinerez rapidement le thème principal de part le titre puisque reprenant les termes grecs de l’anarchie. Direction Anarkhia, tribu déchue où les 2 chefs dépendent de l’alcool mais se rendant compte un jour qu’ils sont incompétents. Mais bien qu’ils le soient ils ne veulent pas laisser la tribu sombrer plus et font appel à un chaman…
Ici, commencera une longue quête sur soi-même où nos deux petits chefs pourront devenir grands. Mais pour cela il va falloir lutter contre ce qui agit comme un poison, réfléchir, méditer auprès de la nature. Se sentant mieux, ils estiment qu’ils peuvent rentrer auprès des leurs et leur oblige de faire comme eux … Mais lorsque c’est par obligation, l’être humain peut parfois sombrer dans l’excès, de part la soumission que cela évoque. Ce que nous pouvons observer dans nos sociétés encore aujourd’hui.
Et là l’auteur parle de faire attention à la méthode faisant ainsi un beau clin d’oeil à son nom d’auteur 🙂 (le philosophe et médecin).
Encore un livre qui fait réfléchir, je vous invite à le découvrir sur Amazon en version numérique ou papier, vous avez le choix. Et bien sûr, je n’oublie pas la page Facebookde l’auteur.
Et merci Aviscène pour cette belle découverte, je m’excuse encore pour le retard de traitement.

lundi 11 mars 2019

{ Lecture } # 66 : L’étincelle de Kristine Barnett


L’étincelle

La victoire d’une mère contre l’autisme
Kristine Barnett

Editions Pocket
352 pages
Publication française : 5 novembre 2016
ISBN : 978-2266246279

QUATRIÈME DE COUVERTURE

Diagnostiqué autiste à l’âge de deux ans, Jake était promis par les  » spécialistes  » à un parcours difficile. C’était compter sans la combativité d’une mère et une confiance à toute épreuve dans le potentiel de son fils. Décidée à ignorer les circuits classiques, Kristine prend l’éducation de Jake à sa charge. Le but ? Négliger les tâches pour lesquelles son fils n’a pas de capacités naturelles et développer son goût pour les jeux de lumières, les échecs, les chiffres…
Treize ans plus tard, Jake est devenu un petit génie des mathématiques et l’étincelle a mis le feu aux poudres !
 » Un témoignage plein d’espoir pour les parents, et les enfants autistes.  » Confidentielles
Pour les rares personnes qui sont au courant, j’ai repris mes études en psychologie depuis quelques années. Je les fais à distance, du fait des jobs, d’être maman et surtout de ne pas vivre à côté d’une faculté. Je suis en Licence 3 et cette année nous avons un mini mémoire de recherche à pondre (pour dans un mois en gros). Cela répondra à certaines questions portant sur la quantité de publication sur ce genre d’ouvrage. Mon mémoire cette année porte sur l’autisme et les thérapies. J’ai essayé de le faire en psychanalyse pure mais j’ai encore beaucoup de mal avec les concepts donc je reviens sur ce que je peux « essayer » de maîtriser : « chercher » des thérapies !
Pour le mémoire de recherche sur l’autisme, je planche sur des témoignages, si vous avez de jolies lectures à ce sujet à me proposer n’hésitez pas. Surtout si elles sont courtes, le temps m’étant compté pour rendre mon dossier 
Ceci dit je vous conseille fortement ce livre qui permet d’admirer le combat d’une mère pour son fils. Les spécialistes ne donnaient aucun avenir à Jake, qu’il serait incapable de lire un jour …  alors qu’il devient plus tard le plus jeune chercheur en astrophysique à l’âge de 12 ans. Nous avons là une mère qui a su repérer la « clé » pour faire entrer son fils dans un langage avec l’autre. Mais ce récit ne montre pas que le combat contre l’autisme, bien qu’il soit mis en avant, il y a un vrai combat contre les aléas de la vie. Les Barnett ont eu 3 enfants, 3 garçons, le premier est Jake qui a un Trouble du Spectre Autistique, cet autisme qui est « un voleur », ensuite il y a Wesley dit « Wes » qui souffre d’algodystrophie, puis le petit dernier Ethan. L’algodystrophie est un trouble neurologique qui peut toucher tous les systèmes du corps. Les médecins ne donnaient pas plus de l’âge d’un an pour Wes car cela touche le système nerveux végétatif donc la température corporelle, le rythme cardiaque et donc la respiration. Pour le petit dernier il n’y pas de trouble pour lui mais c’est Kristine qui se découvrira des problèmes de santé, quelques semaines avant son accouchement, elle sera hospitalisée d’urgence pour une vésicule biliaire infectée. Tout ne s’arrête pas là puisque peu après le dernier accouchement elle fait un AVC (à l’âge de 30 ans). Mike son mari se sent démunie face à tout ça, pensant avoir échoué dans la protection de sa propre famille en prenant le relais de Kris. Plus tard, ils apprendront que Kris a une maladie auto-immune chronique : le lupus.
Mais les déboires ne s’arrêtent pas là, l’Indiana sera touché par une grosse crise financière et beaucoup perdent leur travail. Le mari de Kris dans les premiers. Kris tenant une garderie verra les petits partir car les parents n’ayant plus de travail, il n’y a plus d’utilité (et de finance) pour faire garder les enfants. Sans oublier d’autres problèmes qui viendront par la suite…
Je ne sais pas si ce qui a fortement aidé Kris dans toutes ces épreuves est qu’elle ait grandi dans la tradition Amish (nouveaux Amish). Il parait que ce qui aide plus facilement les familles face à l’autisme c’est la religion. Avant de me faire appeler Jules, je dis bien « il parait » et « plus facilement » ;). Je l’ai lu dans le livre de Ron Suskind à propos de son fils autiste.
Il y a tellement à dire sur ce livre que je pourrais en écrire des pages mais je vais conclure par :
Quand l’instinct maternel peut être plus fort que l’institution. Une mère qui a écouté ses « tripes », qui a mené son fils sur ses obsessions : la lumière, les planètes, les chiffres, les lignes droites en osant l’emmener à l’observatoire et le voir répondre avec une aisance à l’âge de 4 ans à des adultes, à communiquer et partir à l’aventure de l’université alors qu’il n’est âgé que de 8 ans. Il sera comme un petit poisson dans l’eau. Elle a su trouver la formule magique pour un contact. Et ce qu’elle a fait aussi pour les autres parents et enfants autistes, le soir après son travail, pour découvrir ce qu’était la passion de chacun c’est MAGI
QUE. Il y a là beaucoup de bienveillance.

dimanche 10 mars 2019

{ Lecture } # 65 : Ash & Vanille – tome 2 : Le Chant du Mana de Sosthène Desanges SP


Ash & Vanille
Tome 2 : Le Chant du Mana
Sosthène Desanges
Les Trois Chouettes Editions
552 pages
Sorti : 31 octobre 2016
ISBN : 978-2-954669-21-2


QUATRIÈME DE COUVERTURE
Ash, Vanille, le crâne, la Méduse et le poypoy se lancent à la poursuite des pirogues qui ont dévasté Pelagee. Le vent les pousse jusqu’au bord du monde. Là, ils découvrent que l’homme au masque n’est pas le seul danger. Sur le vaste océan, une pieuvre étend ses bras. Elle a pour nom Bagaskoro et, à sa tête, une terrible souveraine.
      Le Chant du Mana est le deuxième des cinq tomes qui composent cette saga fantastique. On y retrouve l’Océanie imaginaire du premier volume, ses guerriers, ses oiseaux incroyables et ses légendes. Et l’on voyage désormais bien au-delà des rives du Lézard.
Si vous aimez l’aventure, l’Océanie … alors je vous invite à découvrir les deux premiers tomes de Sosthène Desanges. Je vous avais parlé du 1er tome sur mon autre blog Izzie d’Or. Si vous ne souhaitez pas de spoile par rapport au premier tome je vous invite à vous arrêter ici.
Dans ce second épisode (sur les 5) nous retrouvons Ash et Vanille (mais aussi la Méduse, Boulba et Kaahl) en quête des guerriers du clan Vaaï ainsi que la chasse de  cet Homme au Masque qui a pu créer ces créatures que ce sont ces géants jaunes. L’histoire reprend où elle s’était terminée précédemment, nos héros quitte l’île du Lézard et se retrouvent en mer. Et que se passe t’il lorsque l’on part dans l’inconnu ? D’ailleurs la Terre est-elle ronde ou plate ? La mer s’arrête, c’est le bord du Monde et nous tombons dans le vide ? L’auteur a fait un très gros travail sur la culture océanienne, j’envisageais de partir un jour là bas afin d’y apprendre beaucoup, j’ai presque la sensation d’être servie directement chez moi. Un vrai travail a été fait sur les croyances et les mythes.
Pour rappel, Ash est un barbare du Clan des Chefs, peuple maudit qui n’engendre que des mâles, il part à la recherche du Guerrier Rouge qui lui seul peut vaincre la malédiction, Vanille est une Vaaï dont les hommes de son clan ont été kidnappé, la Méduse est une petite sorcière de 4 ans qui est dans le Clan des Chefs depuis quelques décennies, Boulba est un humain métamorphosé en poypoy et Kaahl n’est autre que le crâne qui parle, donnant presque une conscience et une sagesse à Ash.
Nos héros découvrent un nouveau monde peuplé d’Ari-Oï et de leurs guerriers mais aussi d’autres peuples, certains vivant sur terre et d’autres exclusivement sur mers, qui sont les Hanova… Mais ils rencontreront surtout la Reine qui a un certain pouvoir sur ses hommes et elle changera quelque peu le cours de leur mission. Une Reine qui part elle-même en quête de savoir sur ses origines, pourrait être détestable mais pas totalement. La rencontre avec l’Homme au Masque devient inévitable et l’on percera son identité mais une question subsiste encore, pourquoi cherche t’il les 7 pierres ? Ash devra se battre contre de nouvelles créatures de légende et ne pas mourir.
« Ash & Vanille » devient presque un récit initiatique où chacun apprend beaucoup en voyageant. Une grande importance est portée sur ce que les ancêtres ont pu faire et les répercutions dans le présent. Nos héros évoluent constamment au fur et à mesure des pages avec une recherche de savoir, comment et pourquoi. Et en parlant de héros, difficile d’en cerner qu’un seul ou 2 comme dans le titre. Nous touchons presque à la réalité où les compagnons sont  tout autant les héros de l’histoire. L’histoire de chacun faisant un noeud, lorsque nous découvrons comment est mort Kaahl, nous aurons une clé supplémentaire pour comprendre le récit. Ce dernier devient l’un de mes personnages préférés dans cet opus ainsi que Teva et Vaena grands guerriers de la Reine. Vaena montrant que des femmes peuvent se faire respecter.
A présent je vais me garder d’en dire plus afin de vous laisser la surprise de la lecture, personnellement je suis sur ma faim et j’ai hâte de découvrir ce que le troisième tome peut nous réserver.
Vous pouvez retrouver Sosthène Desanges sur son site internet et son livre sur Amazon au prix de 12.99 € en format numérique.
J’en profite pour remercier chaleureusement l’auteur a la plume agréable, qui supporte mes retards en lecture comme à chaque fois, pour sa confiance.

samedi 23 février 2019

{ Lecture } # 64 : Le Choix du Roi de Solène Bauché SP


Le Choix du Roi
Solène Bauché
457 pages
Publication : 15 novembre 2018

QUATRIÈME DE COUVERTURE
Royaume des Francs, 792. L’heure est grave : Charlemagne vient d’apprendre que son fils d’un premier lit, Pépin le Bossu, a conspiré contre lui. Le roi est loin d’avoir été un père idéal, mais la sentence est sans appel : le jeune traître doit rejoindre un monastère et y demeurer le restant de ses jours. Peu enclin à faire amende honorable et encore moins à devenir un homme de Dieu, Pépin dépérit. L’héritier déchu est loin de se douter que c’est par une entremise des plus inattendues que viendra son salut, avant d’entamer un périlleux voyage vers l’inconnu…
Un récit d’aventures teinté de fantastique dans lequel les voix se croisent et l’Histoire se mêle à l’Imaginaire.
fullsizeoutput_a78
L’auteur nous invite à reprendre nos vieux cours d’histoire, tout en les dépoussiérant, avec Charlemagne. De sa vie de jeune adulte et l’homme qui aimait les femmes de son lit à l’histoire de ses enfants capables de trahison…
Un récit narratif découpé en 3 parties. Dans la première partie, le récit sera orienté sur Charlemagne, encore Charles à cette époque. Il aura eu 4 épouses dont quelques unes répudiées pour des raisons politiques ou de lassitudes mais les conséquences se révéleront plus tard. Et qui dit femme répudiée qui a eu des enfants, dit enfants considérés comme bâtards (dont Pépin le Bossu, fils de Himiltrude, envoyée au couvent sans lui). Charles considérera cet enfant comme son fils mais lui refusera les titres comme à ses autres enfants. On imagine grandement la sensation d’abandon qu’un enfant puisse vivre.
Dans la deuxième partie, nous aurons le récit de Pépin, il expliquera pourquoi il est prêt à trahir son père et parlera de ce calvaire au  monastère. Souhaitant la mort à cette privation de liberté … la mort étant pour lui une sensation de liberté mais il y a une liberté.
Puis dans la troisième partie, nous aurons le récit d’une jeune femme qui fuit un mari horrible à cause duquel elle aurait pu perdre la vie.
De grandes aventures pour nos personnages et des relations familiales bien compliquées. Aimant plus particulièrement les romans historiques britanniques et boudant les français j’ai été surprise et ravie par l’histoire. Dans ce récit historique bien ficelé on voit une guerre bien prenante entre les Francs et les Saxons ou entre les catholiques et les païens mais aussi entre les hommes et les femmes. L’utilisation du mariage et ce à quoi la femme est éduquée toute sa vie pour qu’elle l’accepte.
Ne souhaitant pas vous divulguer plus sur l’Histoire, je vous laisse découvrir le roman de Solène.

mercredi 6 février 2019

{ Lecture } # 63 : Comme psy comme ça de Mardi Noir


Comme psy comme ça
Bienvenue dans la psychanalyse
Mardi Noir
176 pages
Année de publication : 2018


QUATRIÈME DE COUVERTURE
La psychanalyse, ça n’est pas feel good ou feel bad, c’est feel tout court. Et poser un peu de sens, tant que ça soulage.
Comme psy comme ça est l’oeuvre de Mardi Noir, aka Emmanuelle Laurent, 34 ans, dont la chaîne YouTube dépoussière allègrement la psychanalyse. Les psy aiment son contenu impeccable et ses fans, éclectiques et fidèles, adorent son humour décalé, ses convictions et sa façon trash de parler de l’art d’inventer sa vie.
Sexe, amour, créativité, normes sociales et liberté personnelle : qu’il s’agisse des phobiques poseurs de questions, des gens qui épient le bonheur des autres, des ados qui lancent à leur mère « Casse-toi de ma chambre », de la rivalité entre les amis, ou des secrets de famille, Mardi Noir nous rappelle que la vie inconsciente est bien plus riche et drôle que notre monde obsédé par l’efficacité, l’utilité et la pensée positive.
Bienvenue dans la psychanalyse !
Si vous ne connaissez pas la YouTubeuse qui mêle psychanalyse et make-up, je vous invite à suivre le lien > ici <.
Dans ce tout petit livre, attention j’use du mot petit non parce que je minime et mignonise tout (ce qui n’est pas totalement faux) mais parce que je passe des gros volumes pour les cours de psycho à un livre de moins de 200 pages. Je disais donc, dans ce tout petit livre, Mardi Noir déride quelque peu la psychanalyse. Lorsque l’on est un poil fâché avec les termes de Lacan ou que l’on n’y capte rien…c’est sympa d’avoir quelqu’un qui fasse office de traducteur. Faut bien avouer que parfois lorsque je comprends enfin quelque chose c’est comme si j’entrais dans le cercle privé de la Franc-Maçonnerie et que j’ai enfin les codes… et puis on passe à la page suivante …
L’auteure nous permet de comprendre quelques termes avec des anecdotes perso, comme lorsqu’elle découvre qu’elle dépourvu de pénis à l’âge de 4 ans par comparaison à un petit garçon. Personnellement, j’ai complément zappé ce passage de ma vie. Est-ce que tout en vient au phallus dans la psychologie ? Ou lorsqu’elle parle de « la femme qui n’existe pas » dixit Lacan qui fait le buzz chez les anti psyK ces derniers jours ou encore « il n’y a pas de rapport sexuel ». Bref, c’est à lire ou à relire, c’est rapide et ne pas hésiter à l’écouter sur sa chaine YT. Peut-être avoir quelques notions de psychologie avant de se lancer dans la lecture, je ne sais pas, je l’ai proposé à des personnes qui disent « ne pas s’y connaitre » elles ont refusé de le lire.

dimanche 27 janvier 2019

{ Lecture } # 62 : Je suis né un jour bleu de Daniel Tammet


Je suis né un jour bleu
A l’intérieur du cerveau extraordinaire d’un savant autiste
Daniel Tammet
283 pages
Année de publication : 2006


QUATRIÈME DE COUVERTURE
« Je suis né le 31 janvier 1979. Un mercredi. Je le sais parce que dans mon esprit, le 31 janvier 1979 est bleu »
Daniel Tammet est un autiste savant aux capacités hors du commun, un génie des nombres. Il a ainsi mémorisé les 22514 premières décimales de Pi, parle sept langues et a appris l’islandais en quatre jours. Pour lui, les nombres sont des formes et des couleurs.
Dans ce témoignage plein d’espoir, il explique comment il a mis toute son énergie pour sortir de ces ténèbres qui l’ont longtemps coupé du monde et comment il a réussi à se socialiser. Un voyage en couleur qui entrouvre la prison de l’autisme.
Pour cette seconde publication sur le blog, je vous présente à nouveau un livre sur l’autisme. Il est bien connu que le monde de l’autisme est encore bien difficile à cerner et ce que l’on peut apprendre sur le sujet c’est avec des autistes « savants ». Daniel Tammet est un autiste savant, depuis petit il est ce que l’on peut dire « particulier ». Les nombres l’apaisent ! Est-ce sa capacité auto-thérapeutique ? Les nombres ont une caractéristique propre, par exemple, le 11 est amical … Nous pouvons appeler ça la synesthésie, qui est capacité de voir des lettres et/ou des nombres en couleur.
Mais aussi sa fascination pour le π (pi), les nombres premiers et les coccinelles…
Dans ce témoignage, Daniel nous parle de son enfance, son adolescence et comment il s’est ouvert au monde grâce à un voyage et la découverte des langues (je pense rapidement à Josef Schovanec avec les mots « voyage » et « langues ») tout en entrant dans sa vie d’adulte et de ses premiers amours. Fils d’une famille nombreuse, il a des crises d’épilepsie alors âgé de 4 ans, il sera sous carbamazépine et sera suivi 1 fois par mois à l’hôpital afin de surveiller d’éventuels effets secondaires. Si je tiens à dire qu’il a été épileptique c’est que suite à son voyage pour enseigner l’anglais en Lituanie, où il s’est totalement renouvelé, il s’engage dans un défi pour aider à collecter des dons pour la Société Nationale pour l’Epilepsie (NSE).
C’est ainsi qu’il va se lancer le défi de mémoriser 22 500 décimales et plus du π 3,14 et des brouettes. Il se mettra dans un autre monde pour le processus de mémorisation et créera ainsi des paysages numériques. Suite à cela il rencontrera Kim Peek, celui qui inspirera le personnage de « Rain Man » et des spécialistes aux USA dont le professeur Ramachandran, un neuroscientifique qui le mettra au défi de jouer une scène du film et ensuite d’apprendre une langue étrangère (islandais) en une semaine.
Une belle découverte d’avoir connaissance d’un témoignage direct avec le ressenti de la personne elle-même.

vendredi 25 janvier 2019

{ Lecture } # 61 : Une vie animée de Ron Suskind

Une vie animée
Le destin inouï d’un enfant autiste
Ron Suskind
318 pages

QUATRIÈME DE COUVERTURE

Lauréat du prix Pulitzer, journaliste et auteur de nombreux best-sellers, Ron Suskind relate comment son fils Owen, subitement frappé d’autisme à l’âge de trois ans, retrouve petit à petit une vie « normale » grâce aux dessins animés de Disney.
Owen a perdu la parole et tous ses repères, mais les dessins animés si expressifs de Walt Disney, qui puise ses histoires dans les contes et les mythes les plus anciens de l’humanité, raniment en lui des émotions enfouies. En les visionnant, il réapprend de lui-même à parler en récitant par coeur les dialogues, à lire grâce aux génériques, et à dessiner en recopiant les personnages. En entrant à leur tour dans le monde animé de leur fils, les parents parviendront à le réinsérer dans le monde réel.
Ce récit véridique est l’histoire de la résilience de toute une famille, de sa persévérance et de son dévouement face à l’un des drames de l’enfance les plus actuels et les plus importants de notre époque. C’est aussi un témoignage du pouvoir de ces contes auxquels nous revenons tous un jour pour mieux vivre et animer notre vie.
L’autisme vit avec ses à priori, ses stéréotypes, ses clichés auprès d’un bien grand nombre de personnes. Ron Suskind, journaliste politique américain (et ayant reçu le prix Pulitzer 😉) nous fait découvrir le trouble son fils cadet, le TSA ou Trouble du Spectre Autistique. Owen apprendra à communiquer à nouveau grâce aux Disney notamment grâce à Jafar et Iago. Endossant un rôle en mémorisant les scripts et s’attardant sur les « compagnons » des héros qui sont vite oubliés, le Sujet peut enfin naitre. Nous découvrirons bien d’autres dessins animés avec une signification propre pour Owen avec Le roi lion – Aladdin – La petite sirène – La Belle et la Bête …
Un livre qui permet une certaine remise en question. Là où certain y voit un handicap, nous pouvons voir au-delà : Owen ayant un grand retard à l’école apprendra à lire tout seul avec les génériques de fin des dessins animés. Mais surtout nous observons une difficulté au quotidien pour les parents qui essaient de trouver un centre scolaire qui puisse accueillir Owen et la souffrance d’un grand frère …
Le livre parle de différentes thérapies, dont la méthode ABA qui n’a pas été idéale pour Owen, la compulsion de regarder ces Disney était à écarter, cela reste une addiction. Je ne viens pas à juger les différentes thérapies mais il faut prendre chaque être dans sa singularité, il n’y a pas une unique manière de faire avec tous les individus par principe et cela va de même pour les autistes.
C’est dans ce livre que l’on voit donc la création de l' »affinity therapy » avec le Dr Dan Griffin et Ron Suskind. Une thérapie qui permet de rentrer en contact. La maman, Cornelia, l’avait bien compris en choisissant des dessins pour stimuler et engager son fils dans des apprentissages une sorte de « formule magique ».
Je n’en dis pas plus pour ne pas vous gâcher la lecture, je vous invite juste à découvrir « Une vie animée » de Ron Suskind.

vendredi 11 janvier 2019

{ Lecture } 2018

Je ne suis pas bien active sur le blog en ce moment, je n'ai pas assuré le mensuel du rat de bibliothèque en 2018 donc je fais un article annuel rat de bibliothèque pour la peine 😀

Au total c'est 19 livres et 6 730 pages.

15 livres en service presse, 2 pour la psychologie et 2 perso.
En faisant le point j'ai presque honte de dire que je n'ai lu que 2 livres pour ma licence de psychologie. 

Pour lire les résumés et avis n'hésitez pas à cliquer sur les photos.

On commence par les livres de psychologie (histoire d'être moins honteuse) 

mais pas de chroniques pour ceux là

Psychanalyse, psychothérapie : quelles différences ? Pierre Marie
Petits rappels sur les analyses et les thérapies avec les grands noms. Ce livre lu cet été m'a fait changé d'avis sur mon orientation master.

Lacan Paul-Laurent Assoun
Après un changement radical dans mon orientation, il faut se mettre à jour dans les concepts et étant dans une fac 100 % lacanienne il faut comprendre le petit homme.

Lectures personnelles

Pas d'articles non plus, décidément ! A force d'essayer de tenir les objectifs "date" pour les publications de Service Presse, mes propres lectures passent à la trappe pour les présentations.

Meilleurs ennemis Sally Thorne
Lorsque 2 collègues se détestent, ça donne quoi à votre avis lorsque l'on promet une promotion à l'un d'entre eux ? Si vous aimez les comédies romantiques, n'hésitez pas à le lire.

Le chien, un loup civilisé Evelyne Terroni & Jennifer Cattet
Toujours autant passionnée d'éthologie, j'ai été déçu du livre

Service Presse

Cette fois-ci, vous pouvez cliquer sur les photos pour lire les articles.

Dia Linn - 1 : Le livre d'Eileen - partie 1 Terra Mahur Marie-Pierre Bardou

Carnet de poilu : Soldat Edouard Blas Megane Delsinne


Le coeur de l'Oealys - tome 1 : la prophétie Lily Chagnon

Emulsion : au-delà du visible Vanaly Nomain

La quête de Lya Tristan Valure

Les pantins marionnettistes - volume 1 : le château des brasseurs d'air Samantha Cortenbach

Y a comme une bogue - 3 : le Monde Obscur Matilda Milliau


L'éveil Iléana Métivier


Les Chroniques d'utopie - 2 : Jötunheim - Le destin glacial de l'avatar Arnaud J. Laplace


Y a comme une bogue - 4 : La Menace secrète Matilda Milliau


Elsie Waldon - tome 1 : Métamorphose Olivier Guérard


Ash et Vanille : Les Guerriers du Lézard Sosthène Desanges


Ça ira mieux demain Kathy Dorl


Le programmeur - Tome 1 Marguerite Blanchard


Les pantins marionnettistes - Volume 2 : L'île du ouï-dire Samantha Cortenbach



LinkWinthin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...