dimanche 27 janvier 2019

{ Lecture } # 62 : Je suis né un jour bleu de Daniel Tammet


Je suis né un jour bleu
A l’intérieur du cerveau extraordinaire d’un savant autiste
Daniel Tammet
283 pages
Année de publication : 2006


QUATRIÈME DE COUVERTURE
« Je suis né le 31 janvier 1979. Un mercredi. Je le sais parce que dans mon esprit, le 31 janvier 1979 est bleu »
Daniel Tammet est un autiste savant aux capacités hors du commun, un génie des nombres. Il a ainsi mémorisé les 22514 premières décimales de Pi, parle sept langues et a appris l’islandais en quatre jours. Pour lui, les nombres sont des formes et des couleurs.
Dans ce témoignage plein d’espoir, il explique comment il a mis toute son énergie pour sortir de ces ténèbres qui l’ont longtemps coupé du monde et comment il a réussi à se socialiser. Un voyage en couleur qui entrouvre la prison de l’autisme.
Pour cette seconde publication sur le blog, je vous présente à nouveau un livre sur l’autisme. Il est bien connu que le monde de l’autisme est encore bien difficile à cerner et ce que l’on peut apprendre sur le sujet c’est avec des autistes « savants ». Daniel Tammet est un autiste savant, depuis petit il est ce que l’on peut dire « particulier ». Les nombres l’apaisent ! Est-ce sa capacité auto-thérapeutique ? Les nombres ont une caractéristique propre, par exemple, le 11 est amical … Nous pouvons appeler ça la synesthésie, qui est capacité de voir des lettres et/ou des nombres en couleur.
Mais aussi sa fascination pour le π (pi), les nombres premiers et les coccinelles…
Dans ce témoignage, Daniel nous parle de son enfance, son adolescence et comment il s’est ouvert au monde grâce à un voyage et la découverte des langues (je pense rapidement à Josef Schovanec avec les mots « voyage » et « langues ») tout en entrant dans sa vie d’adulte et de ses premiers amours. Fils d’une famille nombreuse, il a des crises d’épilepsie alors âgé de 4 ans, il sera sous carbamazépine et sera suivi 1 fois par mois à l’hôpital afin de surveiller d’éventuels effets secondaires. Si je tiens à dire qu’il a été épileptique c’est que suite à son voyage pour enseigner l’anglais en Lituanie, où il s’est totalement renouvelé, il s’engage dans un défi pour aider à collecter des dons pour la Société Nationale pour l’Epilepsie (NSE).
C’est ainsi qu’il va se lancer le défi de mémoriser 22 500 décimales et plus du π 3,14 et des brouettes. Il se mettra dans un autre monde pour le processus de mémorisation et créera ainsi des paysages numériques. Suite à cela il rencontrera Kim Peek, celui qui inspirera le personnage de « Rain Man » et des spécialistes aux USA dont le professeur Ramachandran, un neuroscientifique qui le mettra au défi de jouer une scène du film et ensuite d’apprendre une langue étrangère (islandais) en une semaine.
Une belle découverte d’avoir connaissance d’un témoignage direct avec le ressenti de la personne elle-même.

vendredi 25 janvier 2019

{ Lecture } # 61 : Une vie animée de Ron Suskind

Une vie animée
Le destin inouï d’un enfant autiste
Ron Suskind
318 pages

QUATRIÈME DE COUVERTURE

Lauréat du prix Pulitzer, journaliste et auteur de nombreux best-sellers, Ron Suskind relate comment son fils Owen, subitement frappé d’autisme à l’âge de trois ans, retrouve petit à petit une vie « normale » grâce aux dessins animés de Disney.
Owen a perdu la parole et tous ses repères, mais les dessins animés si expressifs de Walt Disney, qui puise ses histoires dans les contes et les mythes les plus anciens de l’humanité, raniment en lui des émotions enfouies. En les visionnant, il réapprend de lui-même à parler en récitant par coeur les dialogues, à lire grâce aux génériques, et à dessiner en recopiant les personnages. En entrant à leur tour dans le monde animé de leur fils, les parents parviendront à le réinsérer dans le monde réel.
Ce récit véridique est l’histoire de la résilience de toute une famille, de sa persévérance et de son dévouement face à l’un des drames de l’enfance les plus actuels et les plus importants de notre époque. C’est aussi un témoignage du pouvoir de ces contes auxquels nous revenons tous un jour pour mieux vivre et animer notre vie.
L’autisme vit avec ses à priori, ses stéréotypes, ses clichés auprès d’un bien grand nombre de personnes. Ron Suskind, journaliste politique américain (et ayant reçu le prix Pulitzer 😉) nous fait découvrir le trouble son fils cadet, le TSA ou Trouble du Spectre Autistique. Owen apprendra à communiquer à nouveau grâce aux Disney notamment grâce à Jafar et Iago. Endossant un rôle en mémorisant les scripts et s’attardant sur les « compagnons » des héros qui sont vite oubliés, le Sujet peut enfin naitre. Nous découvrirons bien d’autres dessins animés avec une signification propre pour Owen avec Le roi lion – Aladdin – La petite sirène – La Belle et la Bête …
Un livre qui permet une certaine remise en question. Là où certain y voit un handicap, nous pouvons voir au-delà : Owen ayant un grand retard à l’école apprendra à lire tout seul avec les génériques de fin des dessins animés. Mais surtout nous observons une difficulté au quotidien pour les parents qui essaient de trouver un centre scolaire qui puisse accueillir Owen et la souffrance d’un grand frère …
Le livre parle de différentes thérapies, dont la méthode ABA qui n’a pas été idéale pour Owen, la compulsion de regarder ces Disney était à écarter, cela reste une addiction. Je ne viens pas à juger les différentes thérapies mais il faut prendre chaque être dans sa singularité, il n’y a pas une unique manière de faire avec tous les individus par principe et cela va de même pour les autistes.
C’est dans ce livre que l’on voit donc la création de l' »affinity therapy » avec le Dr Dan Griffin et Ron Suskind. Une thérapie qui permet de rentrer en contact. La maman, Cornelia, l’avait bien compris en choisissant des dessins pour stimuler et engager son fils dans des apprentissages une sorte de « formule magique ».
Je n’en dis pas plus pour ne pas vous gâcher la lecture, je vous invite juste à découvrir « Une vie animée » de Ron Suskind.

vendredi 11 janvier 2019

{ Lecture } 2018

Je ne suis pas bien active sur le blog en ce moment, je n'ai pas assuré le mensuel du rat de bibliothèque en 2018 donc je fais un article annuel rat de bibliothèque pour la peine 😀

Au total c'est 19 livres et 6 730 pages.

15 livres en service presse, 2 pour la psychologie et 2 perso.
En faisant le point j'ai presque honte de dire que je n'ai lu que 2 livres pour ma licence de psychologie. 

Pour lire les résumés et avis n'hésitez pas à cliquer sur les photos.

On commence par les livres de psychologie (histoire d'être moins honteuse) 

mais pas de chroniques pour ceux là

Psychanalyse, psychothérapie : quelles différences ? Pierre Marie
Petits rappels sur les analyses et les thérapies avec les grands noms. Ce livre lu cet été m'a fait changé d'avis sur mon orientation master.

Lacan Paul-Laurent Assoun
Après un changement radical dans mon orientation, il faut se mettre à jour dans les concepts et étant dans une fac 100 % lacanienne il faut comprendre le petit homme.

Lectures personnelles

Pas d'articles non plus, décidément ! A force d'essayer de tenir les objectifs "date" pour les publications de Service Presse, mes propres lectures passent à la trappe pour les présentations.

Meilleurs ennemis Sally Thorne
Lorsque 2 collègues se détestent, ça donne quoi à votre avis lorsque l'on promet une promotion à l'un d'entre eux ? Si vous aimez les comédies romantiques, n'hésitez pas à le lire.

Le chien, un loup civilisé Evelyne Terroni & Jennifer Cattet
Toujours autant passionnée d'éthologie, j'ai été déçu du livre

Service Presse

Cette fois-ci, vous pouvez cliquer sur les photos pour lire les articles.

Dia Linn - 1 : Le livre d'Eileen - partie 1 Terra Mahur Marie-Pierre Bardou

Carnet de poilu : Soldat Edouard Blas Megane Delsinne


Le coeur de l'Oealys - tome 1 : la prophétie Lily Chagnon

Emulsion : au-delà du visible Vanaly Nomain

La quête de Lya Tristan Valure

Les pantins marionnettistes - volume 1 : le château des brasseurs d'air Samantha Cortenbach

Y a comme une bogue - 3 : le Monde Obscur Matilda Milliau


L'éveil Iléana Métivier


Les Chroniques d'utopie - 2 : Jötunheim - Le destin glacial de l'avatar Arnaud J. Laplace


Y a comme une bogue - 4 : La Menace secrète Matilda Milliau


Elsie Waldon - tome 1 : Métamorphose Olivier Guérard


Ash et Vanille : Les Guerriers du Lézard Sosthène Desanges


Ça ira mieux demain Kathy Dorl


Le programmeur - Tome 1 Marguerite Blanchard


Les pantins marionnettistes - Volume 2 : L'île du ouï-dire Samantha Cortenbach



LinkWinthin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...