dimanche 25 juin 2017

{ Lecture } # 22 La machine infernale de Jean Cocteau

"La machine infernale" (1934)
Jean Cocteau
Éditions Livre de Poche (1992)
  126 pages

 

Synopsis


"Obéissant à l'oracle, Oedipe résout l'énigme du Sphinx, tue son père et épouse sa mère. La peste s'abat sur Thèbes qui a couronné un inceste et un parricide. Quand un berger dévoile la vérité, la machine infernale des dieux explose. Œdipe se crève les yeux et sa mère se pend. S'inspirant du théâtre de Sophocle, Cocteau redonne vie aux grandes figures grecques : Œdipe, Jocaste, Antigone et Créon. Il philosophe en virtuose. Non, l'homme n'est pas libre. Il naît aveugle et les dieux règlent sa destinée. Même le héros, celui qui sort du rang, doit se soumettre. Ce grand texte dit tout sur l'homme avec infiniment d'humour et de poésie."

 

Avis et résumé


Je dois avoir lu du Jean Cocteau au lycée mais je n'en garde pas de souvenir. Helléniste depuis ma 3ème, j'ai un petit faible pour les mythes. Le complexe d’œdipe est loin d'être mon favori mais d'un point de vue psychanalytique, anthropologique ..., on doit se pencher dessus. Une lecture imposée pour le cours de Lettres afin de la comparer avec 2 autres ouvrages.
J'ai beaucoup apprécié le style de l'auteur, un poil moqueur comme j'aime, pour ceux qui apprécient le tragi-comique, on est servi tout au long de cette pièce de théâtre.
"La machine infernale" reprend et adapte l'histoire d'Œdipe, en y ajoutant fantaisie et poésie au cœur du drame austère. Vous connaissez la prophétie faites aux parents d'Œdipe ainsi que celle faite à lui-même une fois jeune homme ?

"Il tuera son père. Il épousera sa mère."

Cette prophétie qui fera que le couple royal, Jocaste et Laïus (nom changé par l'auteur puisque dans la version original, il s'appelle Laïos), abandonnera son bébé. Bien qu'en réalité, ils souhaitent le laisser mourir, mais un berger de Corinthe apporte l'enfant à un autre couple royal, Polybe et Mérope. C'est en apprenant la prophétie, plus tard, qu'Œdipe fuit afin que cette prophétie ne se déroule pas. Il tue un vieillard sans le vouloir qui s'avère être le roi de Thèbes, Laïus, le parricide a donc eu lieu. A Thèbes, un Sphinx sème la terreur en tuant tous les jeunes aventureux partant à sa rencontre, la veuve du roi, offre sa main au vainqueur du Sphinx. Vous devinez rapidement comment tout se déroule ...
Mais Jean Cocteau joue avec ses personnages et donne beaucoup de symbolique aux objets de sa pièce.

La Reine Jocaste parle souvent d'une écharpe rouge qu'elle porte autour de son cou comme quoi "elle me tuera" avec toutes ces personnes qui marchent dessus et qui manque de l'étrangler. Petite référence a Isadora Duncan. Elle parle également de sa broche "qui crève l’œil de tout monde" ici pour dire qu'elle se remarque facilement et non par encore les yeux de son fils-époux.

L'auteur va également plus loin avec le personnage de Jocaste, bien qu'en mal de maternité, elle cherche à imaginer comment serait son enfant aujourd'hui et le compare au beau jeune garde sur les remparts.

Mon personnage préféré reste le Sphinx ou plutôt la Sphinx, une femme de caractère, seule sur son rocher. Le héros joue avec elle afin de comprendre pourquoi elle se trouve dans les ruines à une heure aussi tardive. Elle finira par lui poser cette fameuse énigme que nous connaissons tous :

"Quel est l'animal qui marche sur quatre pattes le matin, sur deux pattes le midi et trois pattes le soir ?"

Elle dévoilera son côté humain en essayant de sauver Œdipe de son futur funeste mais déçue elle ne le fera pas.

17 ans plus tard, la Peste frappe Thèbes, on cherche le coupable de ce fléau. Œdipe apprend la mort de Polybe, le roi de Corinthe et se sent soulager car ce n'est pas lui qui l'a tué SAUF qu'il apprend qu'il n'était que son père adoptif. Vous connaissez la suite :)


 J'ai tout simplement adoré. Une reprise d'une pièce mythique réussie.

2 commentaires:

  1. Bonjour
    c'est toujours sympa des conseils de lecture à l'approche des vacances.
    Merci de nous faire découvrir cet ouvrage (ou redécouvrir pour certains), moi je ne le connaissais pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, ce fut un plaisir à découvrir également :)

      Supprimer

LinkWinthin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...